Vers l’harmonisation des politiques régionales relatives aux droits de propriété intellectuelle pour accès facile aux médicaments de qualité et éliminer ainsi la contrefaçon dans les pays de la Communauté Est Africaine

Réfléchir sur les projets de politique et de protocole régionaux sur les accords de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et l’utilisation des flexibilités relatives aux droits de propriétés intellectuelle (WTO-TRIPS) pour l’accès facile aux médicaments essentiels de qualités ainsi que sur la loi régionale sur la contrefaçon des médicaments   et dégager des recommandations y relatives était l’objectif d’une réunion de consultation nationale organisé par le Ministère à la Présidence chargé des Affaires de la Communauté Est Africaine en étroite collaboration avec  le Secrétariat la Communauté Est Africaine et l'Agence Allemande de Coopération Technique (GTZ ) tenue à Bujumbura ce 19 octobre 2010.

 

Dans son discours de circonstance, la Ministre à la présidence  chargée des Affaires de la Communauté Est Africaine, Madame Hafsa MOSSI, a indiqué que la communauté Est Africaine fait face à des problèmes liés à la qualité des médicaments se trouvant sur le marché.  Cette situation fait qu’il y ait tant de morts et des échecs de traitement causés par les médicaments qui ne respectent pas les normes. Parmi les facteurs qui contribuent à ce problème, Madame Hafsa MOSSI a souligné le manque d’industries pharmaceutiques locales, la réglementation pharmaceutique faible, la corruption, la demande qui dépasse l'offre et les prix élevés des médicaments. 

Les participants à cette consultation nationale devraient mener une réflexion sur les documents relatifs au Projet de Politique Régionale sur les Droits de Propriété Intellectuelle relative à l’utilisation des flexibilités des Accords Commerciaux relatifs aux Droits de propriété Intellectuelle (WTO-TRIPS), le Projet de Protocole Régionale sur la Santé Publique relatif aux flexibilités WTO-TRIPS et le Projet de loi Régionale sur la Contrefaçon (2010).

Quelques recommandations ont dégagé par les participants comme la définition plus précise de la contrefaçon en faisant clairement référence aux médicaments génériques et qui se conforment à l'article 51 de l'accord de l'OMC, la mise en place une autorité nationale de régulation des médicaments, le travail en synergie des commissaires chargés de mettre en application la loi, l’amendement de la loi sur la contrefaçon, l’état des lieux sur la contrefaçon en général et en particulier sur les médicaments au Burundi pour ne citer que celles-là.

Mis à jour (Mardi, 19 Octobre 2010 16:30)