Bannière

Etapes de l'Intégration

Récents à télécharger

Téléchargés souvent
Currency Converter
Amount:
From:
To:


Déclaration du Ministère des affaires de la Communauté est-africaine relative à l’entrée en vigueur du protocole portant création du marché commun de la communauté est-africaine

1. Conformément au calendrier convenu et comme suite au processus de ratification par les Pays Partenaires de la Communauté Est Africaine, le Protocole portant création du Marché Commun de la Communauté Est Africaine caractérisé par un processus mûri de négociation et d’appropriation, entre en vigueur au 01 juillet 2010. Ce Protocole, qui constitue la pierre angulaire sur laquelle repose l’opérationnalisation du Marché Commun, est la base juridique et légale de ce qui doit être fait pour que le Marché Commun ait un sens et un impact réel sur la vie de toute la population est africaine en général et des Burundais, en particulier.

2. La mise en œuvre du Protocole portant création du Marché Commun de la Communauté Est Africaine marque l’élargissement et l’approfondissement de l’intégration, dont l’enjeu majeur est la libre circulation des marchandises, des personnes, de la main d’œuvre, des services et des capitaux ainsi que le droit d’établissement et de résidence. En conséquence, il est nécessaire que la législation pertinente du Burundi soit harmonisée pour que les provisions du Protocole soient en harmonie avec la législation nationale ou que celle-ci soit revue le cas échéant, pour être en phase avec les obligations du Traité portant création de la Communauté Est Africaine qui découlent dudit Protocole. C’est de cette façon que le Burundi peut commencer l’application du Protocole, en s’acquittant pour rompre avec son enclavement de l’élimination des restrictions existantes au regard des droits et libertés consacrés par le même Protocole.

3. Le Burundi jouit déjà des bienfaits de l’intégration régionale. En témoigne la gamme variée des services dans la région dont la performance se situe à des degrés différents, au niveau du secteur des banques et finances, de la distribution, du transport et logistique, des télécommunications, du transport aérien, du tourisme, de l’éducation, de l’énergie, des services professionnels, des technologies de l’information et de la communication, des media et de la musique. Ceci indique clairement que les économies de la Communauté Est Africaine voient croître et s’intensifier les services transfrontaliers à cause d’un environnement propice dû aux politiques de libéralisation économique.

4. Le Marché Commun de la Communauté Est Africaine est donc arrivé. Il traduit un niveau élevé d’intégration car en effet, il se situe au-delà de la libre circulation des marchandises dont l’Union Douanière s’occupe au premier chef avec déjà un impact visible sur l’économie et sur le commerce intra-régional depuis la mise en œuvre effective de l’Union Douanière par le Burundi le 01 juillet 2009.

5. Nous ne doutons pas un seul instant que l’espace économique créé par les libertés et les droits consacrés par le Protocole sous examen va permettre l’expansion des activités économiques et offrir des opportunités d’emploi dans la région. Outre ces avantages liés aux services, la libre circulation des capitaux devrait à son tour permettre l’industrialisation qui ne manquera pas de donner du tonus au secteur agricole qui fait vivre une grande tranche de la population est africaine, y compris les Burundais.

6. La Communauté Est Africaine dont le Burundi est Membre à part entière se réjouit de cette étape d’intégration et invite les Burundais à tirer profit des opportunités pour que le Marché Commun de la Communauté Est Africaine soit opérationnel d’un côté ; et une valeur ajoutée de l’autre côté, pour améliorer la qualité de la vie à travers la croissance économique et le développement durable.

Fait à Bujumbura, le 30 juin 2010.

Madame Hafsa Mossi

Ministre des Affaires de la Communauté Est Africaine

 
Choisissez votre Langue
Browse this website in:

titre.png

Featured Videos